Category Archives: Collège République

Objets mathématiques

Le triangle

Il était une fois 3 traits qui étaient copains et tous les jours ils galéraient ne savaient pas quoi faire. Un jour ils s’ennuient et  se disent qu’ils peuvent faire un truc un objet peut-être en accro-sport, alors ils essayent de se coller en forme de cercle mais c’est difficile de faire un cercle quand on est trois, ils laissent tomber et vont dormir. Un trait roule  au bord du lit et tomba, le deuxième aussi mais un peu de travers et le 3ème tombe à son tour à leurs pieds. Le lendemain ils se réveillent, se regardent. Comment sommes-nous arrivé par terre ? Il avaient créé sans le vouloir une nouvelle forme, ils étaient heureux, contents même. Maintenant ils réfléchissent au nom qu’ils vont lui donner. Le 1er trait dit « on pourrait l’appeler ”3 traits” », les 2 autres disent « non, ça ne marche pas, c’est nul ” 3 traits ” », le deuxième trait dit : « on pourrait l’appeler ”troisangle” car elle a trois angles ! ». « Nan, c’est nul ça aussi ». Le troisième trait dit « pourquoi on ne l’appelle pas triangle ? », les 2 autres disent « pourquoi triangle, ça n’a rien à
voir ! » Il répond à leur question : tri comme le chiffre 3 en latin et angle parce qu’on forme des angles.
Fayçal

La fraction

Dans une dimension, il y avait une division qui avait un point au-dessus et au-dessous de sa barre. Un jour, la division passa à la télévision tout à coup ses points qui étaient au-dessus et au-dessous de sa barre se mirent à éclore et on vit sortir les chiffres 1 en haut et 2 en bas et on l’appela la fraction.
Alain

La division

La forme de la division  ressemble à celle d’un hamburger difficile à manger.
Je vais le partager en deux, ça sera plus pratique. Mais dans quel sens le couper ? Je vais le couper horizontalement, je vais commencer par le pain et ensuite le fromage et le poisson panné, de toute façon je n’aime pas  les divisions car ça m’ennuie et c’est trop difficile, je préfère les additions, c’est beaucoup plus facile de résoudre des problème avec les additions ! Donc je vais manger mon hamburger devant un miroir pour avoir l’air d’en manger deux.
Je vais diviser pour mieux régner sur mon hamburger.

PORTRAIT DE MON OBJET MATHÉMATIQUE
Il ressemble à un hamburger
Son visage est un point
Son caractère est difficile
Il aime la mayonnaise
Il fait grossir
Il sent le Macdonald
Il parle anglais avec l’accent américain
Il habite aux États-Unis
Il se promène à New York
Dans la ville, il entend des critiques sur lui et des choses positives
Il a rencontré un autre objet mathématique qui est la distance
Lorsqu’il l’a rencontrée il lui a dit : « Veux-tu me manger avant de manger des kilomètres ? »
Assia

La multiplication

Il était une fois un garçon qui était 100 fois plus bête que moi. Il mangea beaucoup de gâteaux puis comme il avait mal au ventre il alla voir le docteur et le docteur lui dit d’arrêter de manger des gâteaux et pourtant il continua à en manger et la douleur fut multipliée par 10. Alors sa mère lui dit d’arrêter et il mangea en cachette. Le garçon retourna voir le docteur , le docteur lui dit IL FAUT VRAIMENT ARRÊTER !!!!!! Mais le garçon but du jus multi-fruits pour se soigner. Ensuite il arrêta de manger des gâteaux, il mangea des oignons, et il eut très mal au foie. Sa mère lui dit d’arrêter car les oignons ça pique et que tu ne résistes pas et le garçon dit : « Je sais que ça pique, j’ai très mal au foie ». Sa mère l’emmena voir le docteur et le docteur lui dit qu’il faut manger 5 fruits et légumes par jour.
Mehdi

Le cercle

Un jour d’été, un cercle alla rejoindre son copain le carré, ils allèrent jouer au ballon et ensuite ils s’assirent contre un arbre pour manger une pomme .
Le carré regarda sa montre pour voir l’heure, c’était l’heure de rentrer pour lui car il était en retard, il courut aussi vite qu’il le pouvait, mais il y avait une pente .
Il tomba à pleine vitesse et il se cogna les 4 angles, les angles s’aplatirent, il roula jusqu’en bas et devint un cercle .
Le lendemain les deux cercles allèrent à la montagne et commencèrent à grimper.
Arrivés au sommet, ils descendirent en roulant. Ils recommencèrent avec d’autres montagnes.
A la fin ils rentrèrent chez eux bien épuisés mais avec un très grand sourire.
Eva

Le centre

Il était une fois un homme qui voyageait à travers le monde mais il lui restait quelque chose à faire : voyager au centre du monde. Il essaya d’y aller, mais il ne trouva pas le centre du monde sur une carte. Un jour, très mécontent de ne pas avoir trouvé le centre du monde, il vit un vieil homme assis dans la rue, qui lui dit : ”J’ai entendu dire que tu cherchais le centre du monde,je peux t’y aider”.
L’homme étonné de ce que l’on venait de lui dire l’écouta attentivement et l’homme lui donna une carte qui lui indiquait le chemin. Il parcourut les mers, les montagnes, les volcans, mais…
(à suivre)
Claude-Lucas

Le signe égal

COMMENT J’AI INVENTÉ LE SIGNE ÉGAL
Avant on faisait le signe égal avec un seul trait et on le confondait avec le moins, puis je me suis demandé comment on pourrait faire pour reconnaître le signe =.
J’ai posé la question à tout le monde, les gens disaient que ça leur était égal. J’ai essayé de convaincre plein de personnes de trouver un autre signe mais tout le monde s ‘en moquait je ne pouvais pas les forcer après tout ils étaient égaux à eux-mêmes.
Je sors ma malle de scientifique puis je cherche  seul. J’ai commencé par attendre beaucoup depuis je me suis mis à la fenêtre, il y avait une manifestation, il fallait l’égalité la fraternité et la liberté. Les gens étaient bien organisés, il y avait 2 lignes de manifestants : 2 traits. D’un coup j’ai eu une idée : dessiner deux traits pour le signe égal.
Adrien

L’addition

Il était une fois un homme qui était avide, il voulait encore plus d’amis, plus d’argent, plus de cadeaux, plus de nourriture, à croire que le mot ”plus” était né avec lui. Il avait la manie de tout additionner. Son père lui disait toujours : ”Plus on travaille et plus on est riche”, alors on peut comprendre d’où venait le ”plus” en lui. Un jour, il avait accumulé trop de choses et il n’eut plus de place dans sa maison.
Comme il additionnait même les mauvaises blagues ses amis en eurent assez de lui. Comme il accumulait les absences et les retards, son patron le mit a la porte.
Sans travail pas d’argent, sans argent pas de nourriture.
A force de vouloir toujours plus, il n’avait plus rien.
Sayanthan

10, 100, 1000

Il était une fois un nombre 10 qui ne vivait que pour lui, il ne partageait rien, ni sucre, ni sel, ni argent. Un jour il croisa un nombre différent, le nombre 100 qui avait besoin de 10 €  pour s’acheter des disques alors le nombre 100 demanda les 10 € et dit : « si on se transforme en 1000 je pourrai nous acheter plein de disques », alors le nombre 100 accepta et ils se multiplièrent, se transformèrent en 1000, devinrent riches, 10,100, 1000 fois plus riches qu’avant.
Baba